Accueil


ANR & IA

 

 

 

Actualité

PUBLICATION OUVRAGE 
Philippe PIERRE, Denis  PESCHANSKI, Héloïse CARTRON-PICART, Carine KLEIN-PESCHANSKI (dir.), Victimes du terrorisme. La prise en charge, Paris, Editions Hermann, 2020.
Contributions : Jérôme BERTIN, Paul BERTRAND, Frédéric BIBAL, Carole DAMIANI, Nathalie FAUSSAT, Daniel GARDNER, Patrick MORVAN, Denis PESCHANSKI, Philippe PIERRE, Céline ORRYE-GARLAN, Patrick PELLOUX, Élisabeth PELSEZ, Stéphanie PORCHY-SIMON et Françoise RUDETZKI.

C’est une véritable révolution que nous connaissons dans le statut de la victime depuis les dernières décennies du XXe siècle. Un phénomène est rarement isolé. La centralité de la victime touche son statut juridique, mais il faut aussi parler mémoire, pathologies, politiques publiques, recherches. Dans la suite des attentats terroristes, ces mises au point apportent un éclairage essentiel sur la prise en charge des victimes. Mais elle offre aussi des pistes pour qui réfléchit sur le choc majeur qu’a constitué la pandémie SRAS-CoV-2. Dans l’esprit qui préside aux travaux de l’équipement d’excellence MATRICE, cet ouvrage réunit des auteurs de disciplines différentes, mais aussi des praticiens. Une perspective comparative est ouverte avec le cas des États-Unis et du Canada.

La liste des auteurs suffit à dire l’importance de ces regards croisés sur une question majeure posée aux sociétés contemporaines.

PUBLICATION ARTICLE

LUXARDO Giancarlo et NOWAKOWSKA Aleksandra, « L’adverbe concessif quand même dans les témoignages des rescapés de camps : entre interdiscours, intradiscours et discours-réponse prêté à l’allocutaire », SHS Web Conf, Volume 78, 2020, 7ème Congrès mondiale de Linguistique française, doi: 10.1051/shsconf/20207801028, Published online04 September 2020.

Les récits de témoins d’évènements traumatiques peuvent être influencés par des discours autres, avec lesquels ils interagissent dialogiquement. Nous étudions cette interaction dans un corpus de quatre témoignages de rescapés de camps à travers le fonctionnement dialogique de la locution adverbiale quand même. Quel est le rôle joué par cette locution pour marquer l’orientation du témoignage vers l’interdiscours, l’intradiscours et le discours prêté à l’allocutaire ? Nous montrons plusieurs types de fonctionnements : interdiscursif, interlocutif anticipatif et intralocutif, notamment en relation avec la position de l’adverbe dans l’énoncé : à l’intérieur de l’énoncé ou en fin d’énoncé. À l’intérieur, le fonctionnement est intralocutif, interlocutif anticipatif et/ou interdiscursif, lorsque la concession porte sur le contenu inférable de l’enchaînement textuel immédiat ou bien sur un élément de récit, soit énoncé antérieurement, soit enchâssé dans le cotexte postérieur. La position finale favorise le fonctionnement dialogique interdiscursif du fait que la concession porte sur l’évaluation intermédiaire du récit, qui relève de la doxa.

**** A DECOUVRIR SEMINAIRES EN LIGNE ****
Françoise RUDETZKI (fondatrice de l’association SOS Attentats, membre du Conseil économique, social et environnemental), « Justice, mémoire et connaissance, chemin vers la résilience », Séance 5, 12 mars 2019, 16h-18h,  Séminaire mensuel Matrice-INA-Programme 13-Novembre. Lieu: INA, 103 rue de Grenelle, 75007 Paris.

Claire ANDRIEU (Institut d’Etudes Politiques, Paris), « Témoignages sur Ravensbrück. Retour sur la déportation des résistantes de France. « Séance 5, 3 mars 2020, 16h-18h,  Séminaire mensuel Matrice-INA-Programme 13-Novembre. Lieu: Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 Place du Panthéon, 75005 Paris, salle 6.

Francis EUSTACHE (EPHE – PSL), Jacques DAYAN (Univ. Rennes 1), Robert JAFFARD, Denis PESCHANSKI (CNRS)  « Mémoire et traumatisme. Les résultats d’un sondage réalisé par l’IFOP pour l’Observatoire B2V des mémoires », Séance 1, 5 novembre 2019, 16h – 18h, Séminaire mensuel Matrice-INA-Programme 13-Novembre. Lieu: Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 Place du Panthéon, 75005 Paris, Galerie Soufflot, Salle 1.

Marc CREPON (ENS – PSL), « La philosophie à l’épreuve du terrorisme », Séance 2, 3 décembre 2019, 16h – 18h,Séminaire mensuel Matrice-INA-Programme 13-Novembre. Lieu: Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 Place du Panthéon, 75005 Paris, salle 216.

Séminaires 2017 – 2018 : 7 séances à redécouvrir sous forme de diaporamas sonorisés de 3 à 5 mn, Présentation des enjeux et des premiers résultats du Programme de recherche « 13-Novembre » 

 

REPORT A UNE DATE ULTERIEURE
Séance 31 mars 2020, 16h-18h,  Séminaire mensuel Matrice-INA-Programme 13-Novembre. 
Henry ROUSSO (CNRS), « Vers un Musée des sociétés démocratiques au défi du terrorisme « .
Pour patienter, nous vous invitons à prendre connaissance du rapport de la Mission de préfiguration présidée par Henry ROUSSO. Ce rapport a été remis le 10 mars 2020 au Président de la République et au Premier Ministre « Le Musée-Mémorial des sociétés face au terrorisme » .

Créer un musée-mémorial rendant hommage aux victimes du terrorisme est un engagement présidentiel pris le 19 septembre 2018 sur proposition du Comité mémoriel mis en place par la garde des Sceaux, ministre de la justice, à la demande du Président de la République.

Le Comité mémoriel assignait au futur musée-mémorial la mission de « rendre compte de la façon dont les sociétés démocratiques affrontent l’épreuve du terrorisme, car ce n’est pas tant du terrorisme qu’il s’agit de faire musée que du défi qu’il représente pour la démocratie et la façon dont elle le relève ». 

Pour ce faire, le Premier ministre a confié à l’historien Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS et connu pour ses travaux sur la mémoire collective, la présidence d’une mission de préfiguration composée de 16 personnalités aux expériences et responsabilités diversifiées.

Remis le 10 mars 2020 au Président de la République, ce rapport préconise que le futur musée-mémorial remplisse trois fonctions : être un lieu d’hommage et de recueillement, mais également un musée d’histoire et de société, un lieu de transmission sociale, pédagogique, culturelle et scientifique (…) .

Source: Ministère de la Justice, Délégation Interministérielle d’Aide aux Victimes

http://www.justice.gouv.fr/delegation-interministerielle-daide-aux-victimes-12894/le-musee-memorial-des-societes-face-au-terrorisme-32985.html

PRIX ET PUBLICATION DE THESE
L’Académie Française a décerné en décembre 2019 à Yohann Quistrebert un prix de la « Fondation Viard » pour sa thèse de doctorat en droit privé soutenue le 5 mars 2018 à Rennes 1 dans le cadre de Ecole doctorale « Droit et science politique » en partenariat avec l’Université Bretagne (Comue)  et l’UMR 6262 IODE (CNRS – Université Rennes 1), intitulée « Pour un statut fondateur de la victime psychologique en droit de la responsabilité civile » à paraître en 2020 aux Editions Mare & Martin, Collection « Bibliothèque des Thèses – Droit privé et sciences criminelles ». Cette thèse a été initiée et développée au sein de l’Equipex MATRICE.

Activités scientifiques et de valorisation

Découvrez l’interview du Procureur du Comté de New-York M. Cyrus VANCE Jr. donné à New York 1, après son intervention lors du colloque

2019, September 10th, « What is suffering worth ? Perspectives across disciplines on the treatment of victims », French American Conference in Law, Criminology, Economics, History and Philosophy, Columbia University – French House

 

Corpus de témoignages individuels de la Seconde Guerre mondiale

Programme 13-Novembre

Étude 1000 : Phase 2 d’entretiens filmés réalisée de juin 2018 à septembre 2018.

Étude Remember : Phase 2 réalisée de juin 2018 à juin 2019.

Étude Credoc : Phase 2 réalisée en juin 2018 et janvier 2019.

Étude ESPA 13-Novembre : Phase 2 : lancement en janvier 2020.

Pour toute information, vous pouvez consulter le site du Programme 13-Novembre

L’édito de Denis Peschanski


L’édito de Denis Peschanski – Matrice – Avril 2013 par EQUIPEX-MATRICE

Le manifeste

MATRICE MEMORY

MEMORY, ANALYSIS TOOLS FOR RESEARCH THROUGH INTERNATIONAL COOPERATION AND EXPERIMENTATIONS

MEMOIRE, ANALYSE, THEORIES, REPRESENTATIONS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES ; EXPERIMENTATIONS

Entre mémoire individuelle et mémoire sociale : les nécessités et les outils de l’innovation

MATRICE est un Équipement d’excellence, l’un des outils proposés dans le cadre du Grand emprunt pour mettre à niveau la recherche et l’innovation en France. Retenue lors de la première vague, en 2011, cette plateforme technologique mobilise les efforts conjoints de vingt‐quatre partenaires, Elle a pour but de mettre au point des outils qui seront mis à la disposition de la communauté et a pour vocation de mieux comprendre l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire sociale. Dialectique, transdisciplinarité, modélisation mathématique, complexité : tels sont les quatre piliers de cette nouvelle plateforme technologique et d’un changement de paradigme que nous appelons de nos vœux en Memory Studies.

L’expérimentation doit vérifier nos hypothèses de travail. Elle doit au total nous conforter dans ce qui nous semble résumer les grands choix épistémologiques que nous avons opérés. Il y a avant tout la dialectique : nous postulons qu’il faut prendre en compte les interactions entre le social et la Psyché. La transdisciplinarité est la suite logique d’un tel postulat : il nous faut convoquer toutes les disciplines concernées par les dynamiques mémorielles non pas seulement en aval, quand chacun est appelé à exposer sa définition de l’objet, ses méthodes d’analyse et les résultats glanés, mais pour construire ensemble le questionnement et les protocoles. Dans la mesure où nous travaillons sur des séries qu’une approche qualitative ne permet pas de cerner et où la complexité des calculs est souvent de mise, la modélisation mathématique est une autre caractéristique consubstantielle de cette démarche.

Enfin, il faut entendre le mot complexité au sens où l’emploie Edgar Morin : un système articulant des éléments divers constitue un tout qui est différent de la somme de ses parties. Ce système développe des propriétés singulières qui sont propres à ce tout.  Les travaux de MATRICE, prévus dans le cadre d’un programme de dix ans, se font sous l’égide de ces principes, théoriques et empiriques. Deux terrains historiques ont été privilégiés tant leur importance est cruciale, mais ils n’ont pas vocation à être les seuls : la Seconde Guerre mondiale et le 11 septembre 2001. Seule la confrontation de scientifiques et de professionnels des musées, seule la mobilisation conjointe des sciences humaines et sociales, des sciences du vivant, des sciences de l’ingénierie nous permettront de relever un défi qui dépasse les expérimentations que nous proposons pour interroger les fondements de la recherche en Memory Studies.